1060 Faces # 011

Michaël Moetwil qui motorise des vélo traditionnels...

A Saint-Gilles on dirait qu’on est au “Pajottenland”.

Les cyclistes seront tous d’accord avec moi.

Une rencontre avec  Monsieur Moetwil qui transforme des vélos traditionnels en vélos à assistance électrique

C’est toujours l’été, les vacances…

Au bancontact, de ‘Ma Campagne’, à Saint-Gilles, un monsieur se tourne vers moi et me dit, “C’est une manifestation de cyclistes devant la banque?” On commence à parler vélo et très vite je découvre que ce monsieur transforme des vélos traditionnels en vélos électriques. Il termine la conversation pas me donner sa carte de visite.

Par mail je l’invite pour un interview et on se retrouve à la Brasserie Verschueren sur le Parvis de Saint-Gilles. Le bar est bondé, et pas de terrasse devant la belle église de Saint-Gilles aujourd’hui ! Comme y a trop de bruit dans la brasserie pour enregistrer les réponses on cherche un plan B.

La salle d’attente de la Justice de Paix qui occupe le même bâtiment que le commissariat, et dont la porte se trouve sur le côté du bâtiment!!! Une fois gravi les étages on s’installe dans la salle d’attente. Ici c’est en général la terrain des avocats mais a l’occasion on y est bien, c’est calme et on peut parler confortablement.

 

Michaël Moetwil qui motorise des vélo traditionnels...

 

Michaël Moetwil habite à Saint-Gilles rue des Fortifications. Quand je lui demande si ses clients achètent pour des raisons écologiques, il me répond qu’il y a des raisons plus importantes que l’écologie malheureusement, il y a la rapidité mais aussi le coût. (C’est beaucoup moins cher qu’une voiture) Et aussi, en heure de pointe avec un vélo électrique on traverse Bruxelles en 10 minutes ; nord, sud, ouest, est, que ce soit à dix heure du matin ou à cinq heure l’après-midi.

Avec une charge de batterie complète on peut rouler entre 3 et 5 jours, ce qui coute entre 20 centimes et 80 centimes suivant le type de batterie et le chargeur qu’on a. Le principe de ce vélo c’est qu’on peut rouler 3-4 ans sans problèmes avant de changer de batterie. Lui il travaille avec des batteries qui vont fonctionner entre 8 et 10 ans. Il faut compter 1000 euros pour les transformations et c’est toi qui ramènes ton vélo pour le faire motoriser. C’est clair que c’est mieux d’avoir un vélo solide comme la batterie est assez lourde, sans oublier les roues qui doivent avoir un certain diamètre et capacité.

L’interview est brusquement  interrompue par un vacarme. Je remarque la différence entre notre endroit qui est super calme et le bruit en bas d’une personne qui a été appréhendée par la police.

Je demande alors à Mr Moetwil si son projet est bien reçu par ses clients, il confirme, et précise qu’avec un vélo électrique il faut pas aller pédaler dans les bois car c’est pas fait pour ça… Quand je lui demande si il est optimiste quant à la situation des vélos a Bruxelles, il me dit que si quelqu’un veut commencer à faire du vélo, c’est mieux de pratiquer un peu dans les parcs ou ils doivent rouler seuls, et ne pas directement se jeter dans la circulation.

Il y des pays comme les Pays-Bas ou l’Allemagne ou les voitures font très attention aux cyclistes. Ça fait partie de la circulation. En Belgique ce n’est pas adapté. Les gens n’ont pas encore l’habitude de rouler avec des vélos autour d’eux. On parle surtout de Bruxelles, car dans les régions néerlandophones ils sont déjà beaucoup plus loin par rapport à ça. Quand tu n’as pas l’habitude, c’est très dangereux de commencer à rouler dans la circulation de Bruxelles.

 

Paroles et Photo Nel Coussement

 

Michaël Moetwil est sur Facebook

 

Bewaren

Bewaren

Bewaren

Bewaren

Related Post

Leave a Reply