Parlez vous 1060?

3f904555e0cdeb6efba08e583c10ea41

Parlez-vous Saint-Gillois? est une base de données sonore composée de mots particuliers entendus dans le quartier Bosnie à Saint-Gilles.

 

Ce projet, réalisé par Constant asbl, a récolté les mots, réels ou inventés, de notre quotidien: ces mots EXTRA-ORDINAIRES qui se superposent au français et au néerlandais, ces mots que nous fusionnons, hybridons, inventons, ‘acronymons’.

L’ensemble des enregistrements audio dressent un portrait sonore de ce quartier de septembre 2013 à 2015.

Cette collection sonore est accessible ici.

Une exposition a eu lieu au centre culturel De Pianofabriek, 1060 Bruxelles, de janvier à mars 2016.

 

Parlez-vous Saint-Gillois? Le livre

est à la fois un dictionnaire qui reprend les mots qui composent la base de données en ligne et un espace d’expérimentations qui s’appuie sur la langue parlée dans le quartier multiculturel Bosnie ainsi que sur les créations, les activités et les rencontres qui ont eu
lieu pendant le projet.

La graphiste Alexia De Visscher et la coordinatrice du projet Clémentine Delahaut ont réalisé un diagramme cartographique pour illustrer les relations existant entre les mots, les gens et les lieux à proximité. Peter Westenberg aborde dans l’introduction les question de la multiculturalité et du plurilinguisme à Bruxelles et comment elles ont été envisagées dans le projet Saint­Gillois. Différents artistes et écrivains tels que Jara Rocha, Madeleine Aktypi, Rafaella Houlstan­ Hasaert, Dr Lichic, Mathieu Berger, ont contribué à la publication.

Tout le monde est cordialement invité a utiliser les mots du dictionnaire de façon originale, vous les trouverez ici.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Peter Westenberg écrit dans l’introduction: « Les différentes façons de s’exprimer et les idiomes résultants sont donc le point de départ de Parlez-­vous Saint­-Gillois ? car ils témoignent des histoires réelles des gens. Mais, comme le souligne Jara Rocha dans sa contribution à cette publication, dans une ville il n’y a pas seulement les habitants qui parlent. Les entreprises, les associations de citoyens, les institutions gouvernementales et d’autres organisations se font aussi entendre. Nous sommes donc confrontés à un amalgame de langages bien plus complexe dont les règlements officiels, les textes commerciaux de recrutement, les inscriptions subversives, les panneaux routiers, les affiches de police, les graffitis et les langues que les gens parlent, ne représentent que quelques­uns des nombreux ingrédients qui le composent. »

Dr. Lichic, pataphysicien, a aimablement inventé les origines de quelques mots. Rafaella Houlstan­Hasaerts est une architecte, chercheuse et créatrice qui s’intéresse entre autres aux façons collectives de produire, représenter et s’approprier la ville. Elle tire les portraits de trois habitants du quartier dans trois textes courts : les histoires de Hafida, Madame D et Julie sont des exemples de la vie quotidienne à Bruxelles dans laquelle l’aspect local et global sont reliés les uns aux autres. Enfin, les e­mails que Peter et Clémentine ont échangé avec le sociologue Mathieu Berger ont été intégré dans la publication : ils portent sur les idées qui émergent du projet Parlez­-
vous Saint­-Gillois ?, le contexte particulier dans lequel se développe un contrat de quartier et la recherche sur la participation citoyenne dans la ville menée par l’artiste.

Un texte complet sur le Plan Marnix a été aussi inclus dans la publication. Cette initiative bruxelloise favorise l’éducation linguistique des jeunes enfants à travers une approche diversifiée qui peut se révéler essentielle plus tard, pour profiter pleinement du multilinguisme présente dans une ville comme Bruxelles. Plus d’informations sur le Plan Marnix sont disponibles sur le site Web : www.marnixplan.org

Le ilvre en pdf est disponible ici :
http://parlezvous1060.be/media/publication.pdf

Pourquoi ce projet ?

Dans le cadre des activités que Constant vzw organise, le quartier Bosnie a été amené à prendre la parole: parler de la vie quotidienne, de la mixité des cultures, et du futur du quartier.

Les mots nous permettent de communiquer, ce que nous faisons souvent avec beaucoup de créativité. Nous les prononçons différemment selon le contexte, parfois par habitude, parfois de manière intentionnel.
C’est un matériau malléable qui se laisse découpé, mélangé, déformé.

Le multilinguisme est évident dans la vie quotidienne du quartier Bosnie. Les dialectes, les accents et les mots qui ont voyagé avec des habitants de différents origines créent une langue riche et colorée. Entre les langues officielles se glissent de nouvelles significations.

Bruxelles est plurielle, multiculturelle et complexe. Cette réalité apporte un réel enrichissement de nos expériences. Si nous souhaitons élaboré des contacts intéressants et vivifiants entre les différentes communautés qui vont constitué le futur de la ville, il est essentiel de valoriser cette société protéiforme.

Comment ?

Entre 2013 et 2015 l’asbl Constant a organisé des rencontres thématiques entre les habitants du quartier afin de récolter des mots particuliers. Tous les mots sont rajoutés au dictionnaire sonore. Chaque rencontre est suivie d’une émission radio autour du thème, diffusé sur Radio Alma 101.9 FM et Radio Panik, 105.4 FM.

Nous sommes

Coordination: Clémentine Delahaut, Peter Westenberg
Site web et photos: Michael Murthaugh, collectif Gráfica Liebre
Communication: Donatella Portoghese
Logo: Gráfica Liebre

Partenaires

Ce projet a été rendu possible grâce au support financier du Contrat de Quartier Durable Bosnie:


La Région de Bruxelles-Capitale


Contrat de quartier Bosnië


La Commune de Saint-Gilles


Constant

Les organisations & personnes qui collaborent à ce projet:

Related Post

Leave a Reply