Monsieur B.
Parlez vous 1060 #008

Lionel Modolo

Je le nommerai B.

C’est un de mes clients… un bon petit gars de 47 ans…

Il travaille dans une usine de cartons… une semaine, de 06h15′ à 14h15′, la suivante, de 14h15′ à 22h15′, et puis, de 22h15′ à 06h15’… et le cycle recommence… B. est content d’avoir un travail… B. ne se plaint jamais… d’ailleurs, depuis 17 ans, il a déjà eu plusieurs promotions… il est chef de son atelier, aujourd’hui… 


B. vit tout seul… l’amour, ce n’est plus pour lui… enfin… pas pour le moment… aujourd’hui, B. préfère boire ses 33 (lorsqu’il ne travaille pas) et vit pleinement sa passion pour le RSCA (le Racing Sporting Club d’Anderlecht).
Parfois, lorsque les vapeurs de l’alcool grisent son cerveau, B. pleure dans son coin… je tente de le consoler… il me dit :

      ” Ça va aller, tu sais, Anneke… Ça va aller… “


B. fait Pan ! dans mon coeur… B., tout le monde l’aime bien… c’est une des seules personnes que j’accueille dans mon troquet, quel que soit son état… parce que B., il est chez moi comme à sa maison. 
Hier, Anderlecht jouait sa place de champion de Belgique… B. avait pris congé parce que, normalement, il devait travailler jusque 22h15′. B. est allé acheter un maillot au stade, pendant l’après-midi. Il m’a dit que les cafés aux alentours étaient déjà ouverts mais il n’y est pas entré… parce qu’il ne voulait pas manquer le match pour avoir bu trop et trop tôt… 


Et puis… B. est venu chez moi… il a bu quelques 33… et puis un shoot de Rhum pour maintenir la forme… B. est adorable mais on ne peut pas le contrarier…
-

      ” Je suis comme ça, Anneke ! Maintenant, tu devrais le savoir ! “
-

      ” Euh… oui oui, B. “


Mais je connais toujours la suite… 
B. s’en est allé… pour regarder le match dans un café voisin qui le diffusait… B. a vu la première mi-temps… 1-0 pour Charleroi… B. est repassé devant chez moi, complètement dépité, dans son nouveau maillot… 
Zigzaguant entre les réverbères, B. est rentré chez lui… pour s’écrouler dans son canapé… B. n’aura pas pu assister au renversement de la situation. B. n’aura pas pu s’endormir, la tête dans les étoiles, heureux de la victoire de l’équipe de son coeur… et pourtant, il s’était promis de tenir jusqu’au bout…

Ce B., s’il n’existait pas, j’en chercherais un autre… B. est tellement authentique. B. ne triche jamais… B. existe. B. ne sait pas combien il est quelqu’un… 
B. ne me lira pas… de toutes façons, ça ne l’intéresserait pas… 
Fb, les gens qui ne se parlent pas dans un café, les gens qui ne sont pas dans l’instant, ce n’est pas son monde…

B. me raccroche toujours à la réalité… mais dans son verre, il cache un océan de poésie…

 

Anneke Zut-Pompadour

Related Post

Comments

Leave a Reply