Get Up ! Stand Up !
1060 Street Wave # 021

5fa9e41bfec0725742cc9d15ef594120-1480995996

 

Bonom, citoyen d’honneur de Saint-Gilles

 

15304558_10154724432583476_3174836872012442768_o

 

Dans le cadre de la Fête de clôture des 800 ans de Saint-Gilles, le 5 Décembre, Vincent Glowinski, en partenariat avec la commune de Saint-Gilles, a projeté son spectacle “Human Brush Outdoor” sur la façade de l’hôtel de ville. A la fin de son show, Vincent Glowinski a projeté la forme d’un énorme pénis sur la façade. Impossible de ne pas faire le lien avec le fameux pénis peint sur un mur de la Barrière de Saint-Gilles, qui se trouve à une centaine de mètres de là. Lors de la découverte de la fresque, tous les regards s’étaient rapidement tournés vers BONOM, mais l’artiste avait catégoriquement nié être l’auteur de la fresque.

Alain Maron, chef de groupe Ecolo, avait réagit à l’époque : “L’art, et le street art, ont aussi vocation à interpeller et même, parfois, choquer. Quelles règles mettre en place à partir du moment où, de toute façon, il n’est pas permis (sans permis…) de peindre des façades visibles de la rue, quel que soit le dessin? Ce genre de démarche, même avec une oeuvre moins polémique, est en soi une désobéissance“, écrivait-il sur Facebook. “Dès lors, il n’y a aucun sens à légiférer en plus là dessus. Par ailleurs, il me semble que les services communaux et/ou la police ont autre chose à faire que de traquer les artistes de rue… des choses plus utiles aux Saint-Gilloises et Saint-Gillois. Et puis nous sommes inondés à Saint-Gilles de panneaux publicitaires aux contenus régulièrement stéréotypés ou misogynes et qui sont en fait vulgaires dans la mesure où cet “art”-là n’existe que pour vendre du brol…

Comment Bonom a enchanté nos rues …

Les œuvres de BONOM, à Bruxelles sont visibles ici …

Depuis 2008, le street artiste Vincent Glowinski travaille avec le vidéo programmeur Jean-François Roversi à une transposition performative de ses fresques de rue.  Dans “Human Brush Outdoor”, créé ici en plein air, c’est son corps lui-même qui induit les formes représentées. Ainsi sont explorés des univers graphiques variés dont les composantes évoquent tour à tour l’imagerie scientifique, des figures mythologiques, de l’infiniment petit vers les grands espaces insondables du cosmos…

Manifestement la dimension cosmique de l’œuvre échappe à certains, en témoigne le fil de discussion Facebook qui suit …

 
Vincent H : Je ne suis pas sur, Catherine M, que les familles présentes avec de jeunes enfants aient apprécié avec autant d’enthousiasme… Saint-Gilles, c’est bien plus qu’un penis, loué à toutes les sauces… Pour les 800 ans de la commune, on aurait pu terminer la fête sans cette provocation gratuite.

Catherine M > Vincent H : Là où tu vois une provocation, moi j’y vois un formidable clin d’œil qui a fait sourire la plupart des gens que j’ai rencontrés hier soir place Van Meenen, y compris mes enfants. Un peu d’humour et de décrispation que diable ! Mais je pense que sur le sujet, pour toi, c’est peine perdue… On ne va pas recommencer les excellents débats sur le zizi saint-gillois du conseil communal.

Vincent H : Tu connais mal Saint-Gilles … Mais bon, je ne vais pas polémiquer, et tant mieux si je parviens à te faire rire, Christophe… Ma journée est réussie 😉 Note que le Collège s’est empressé de faire savoir qu’il n’assume pas cette projection et qu’il n’était en rien au courant des projets phalliques de Bonom …

Christophe M : Tu sais quand même que j’ai habité 20 ans à St-Gilles et que là j’habite… Forest. Mais bon, c’est une exagération d’accord, il doit bien rester quelques pensionnés grabataires qui soient choqués par un dessin de zizi … Et d’accord avec toi, contrairement à Karin Lallieux et à la ministre CDH, le collège de St-Gilles n’est pas très brillant quand il s’agit d’assumer la liberté des artistes, surtout quand ceux ci se permettent d’être provocants …

François P : Ce qui est amusant c’est que du coup personne ne parle de la performance qui était sensationnelle.

Van Peteghem Michel a eu comme toujours le (bon) mot de la fin :

C EST LA PREMIERE FOIS QUE JE VOIS CON FAIS LA QUEUE SI TARD A L HOTEL DE VILLE !!!

 

Magali Van De Wiele et Catherine François ont su magignifiquement capter l’ambiance de cet événement …

 

 

800 ans, vous avez dit 800 ans??

Un petit retour en arrière s’impose, les porteuses d’eau avaient elles aussi comme mission d’aller arroser un certain arbre ???

Les sorcières du Moyen Âge voleuses de pénis

 

les-sorcieres-du-moyen-age-voleuses-de-penis-body-image-1480590881-2

 

Depuis des temps immémoriaux, les hommes s’inquiètent de manière irrationnelle pour leur pénis. Bien avant l’angoisse de castration, il existait une crainte encore plus sinistre : le mythe des sorcières voleuses de phallus, qui gardaient des pénis coupés en guise d’animaux de compagnie.

 

les-sorcieres-du-moyen-age-voleuses-de-penis-body-image-1480590918

 

En 2000, des archéologues firent une découverte pour le moins surprenante dans une petite ville de Toscane : une immense fresque du XIIIe siècle, comportant un arbre aux branches chargées d’organes sexuels masculins (« C’est un arbre à phallus ! » s’est exclamé l’un d’eux, Mattelaer), lesquels sont tous « excessivement grands et clairement turgescents ». Sous l’arbre se tiennent huit femmes, deux d’entre elles semblent lutter contre un pénis et l’une d’elles et même armée d’un bâton et sapprête à taper sur un des « fruits» pour le faire tomber. Une autre femme semble être nullement impliquée – mais en y regardant de plus près, comme le remarque Mattelaer, « un des fruits de l’arbre dépasse de ses fesses ».

 

97061_wtf_enhanced-buzz-3235-1348801892-0

à suivre …

« Touche pas à mon zizi » Suite et pas fin

L’Intervention de Catherine François, cheffe du groupe socialiste au conseil communal, suite à l’interpellation du groupe « Touche pas à mon zizi »

1060 Street Wave # 017

Combo Culture Kidnapper était en direct à Saint Gilles …

Parlez vous 1060 # 006

Les sorcières du Moyen Âge voleuses de pénis, l’article complet …

 

Related Post

Leave a Reply