1060 Faces # 010

SONY DSC

Le lien avec Notre passé

Tous les matins, je la vois.

Nonagénaire, peut-être centenaire… Elle sort de chez elle. A pas de fourmis, elle parcourt la distance qui sépare sa maison de la maison d’en face: 26 pas parcourus en 3 minutes. Elle avance, le dos courbé à 110 degrés, comme écrasée par le poids du temps. Elle porte un bouquet de fleurs rouges qui remplacera le bouquet de la veille…

IMGP2178_1

 

Après avoir gravi les trois marches du palier, elle se retrouve enfin chez sa voisine qui ne doit être autre qu’une de ses filles.

Elle dépose le bouquet, rentre, ressort avec le chat qu’elle porte à bout de bras. Il ne semble jamais vouloir s’échapper. Il se laisse porter dans une posture nonchalante. Une fois sur la terrasse, elle le libère de sa faible emprise.

Puis, appuyée sur la table, elle s’affaire.

 

SONY DSC

Quand elle repart, le bouquet frais remplace l’ancien qu’elle jette un peu plus loin. Il se décomposera rapidement. Ici la nature reprend ses droits à la vitesse grand V. Les pluies les plus violentes peuvent tomber toute une nuit et laisser place à une journée radieuse, le lendemain.

Elle refait son trajet en sens inverse: 26 pas en 3 minutes…. Ce qui me semble avoir été un exploit n’est que le début de sa journée où avec lenteur et précision elle accomplira toutes les menues tâches qui lui incombent. Son chien n’est jamais très loin d’elle, protecteur. Et je suis sûre que les oiseaux s’invitent dans sa cuisine. Je me réveille trop tard pour savoir qui déplace les chèvres. Peut-être elle…

Je ne peux voir que ce qu’elle fait à l’extérieur. Je ne peux qu’imaginer ce à quoi elle s’occupe à l’intérieur : son petit ménage et la préparation de ses repas, qu’elle cuit dehors, au feu de bois. Cela en dit long sur son mode de vie : les économies de courant, d’eau, de bouts de chandelle, la vie spartiate où le superflu n’a pas sa place. Un mode de vie à l’ancienne, un mode de vie modèle.

De même, j’imagine les multiples vies qu’elle a déjà vécues, les trois ou quatre générations qu’elle a guidées, cajolées et réprimandées. Je suppose qu’elle a occupé plusieurs emplois et qu’elle a dû trimer chaque jour pour essayer de joindre les deux bouts chaque mois.

Elle doit avoir du mal à comprendre ce monde devenu fou…

Ce n’est pas mon aïeule, elle ne fait pas partie de ma famille. Elle est plus. Elle est le lien avec Notre passé…

Tous les matins je la vois, je la regarde et je la respecte.

Comments

Leave a Reply