1060 Faces # 004

2

ALLER-RETOUR BRUXELLES-CUBA

EN 2 HEURES !

11334186_1616331025251179_2720489484423341786_o (2)

Avec ses yeux de biche, son sourire éclatant et son accent cubain chantant, avec son air jovial, et sa peau couleur café, la charismatique Karelia de Cuba nous invite à bras ouverts, à partager son univers.

SONY DSC

Assises à la table d’un resto-bar de Saint-Gilles, Michela et moi partons en voyage.

Karelia nous guide dans les quartiers de la Havane, la ville où elle a grandi dans une fratrie de quatre enfants. Elle est seule à avoir fait le voyage, tous les autres sont restés au pays.

Elle nous raconte des souvenirs sur les nombreux pays qu’elle a visités et surtout sur les Iles Canaries et l’Andalousie où elle se sent comme chez elle parce que les gens parlent comme les cubains, utilisent des mots similaires et ont le même accent…

Elle nous ramène à Bruxelles où elle habite depuis 1998. Après avoir terminé ses études d’économie, de danse et de production artistique à Cuba, elle a d’abord dansé au sein de différentes compagnies professionnelles à la Havane, avant d’arriver en Belgique. Elle aime Bruxelles, multiculturelle et accueillante. Cependant, tous les ans, elle retourne se ressourcer dans son île natale. Elle n’attache pas d’importance à la météo belge, elle n’a pas le temps de s’en préoccuper. Pourquoi se plaindre d’une chose sur laquelle on n’a pas de prise ? Mieux vaut ne pas y penser et rester « Siempre positiva » (toujours positive). Pour conclure sur ce sujet elle nous dit avec un large sourire « El sol lo llevo por dentro » (Le soleil je le porte en moi).

SONY DSC

Elle enchaîne sur la communauté cubaine de Bruxelles : elle nous dit que les Cubains ne sont pas nombreux, qu’elle connaît 90 % d’entre eux. Elle nous dit que par le passé, la grande majorité des Cubains arrivaient en Belgique avec le statut de réfugiés politiques, mais que c’est moins le cas désormais.

Elle nous présente son cheval de bataille : faire connaître et découvrir la culture afro-cubaine. Elle énumère le nom des peuples qui composent la population de Cuba : Congos, Yorubas, Ararás… Elle nous explique que son association socio-culturelle « La Casa Cuba » organise de nombreux stages, festivals, masterclasses, soirées d’entreprise, animations où se retrouvent des personnes de tous horizons et de toutes les générations. Grâce à ses activités internationales, elle souhaite promouvoir la danse, le chant, la musique de son pays. Elle regrette que le phénomène de mode qui entoure la Salsa fasse perdre de l’authenticité à sa culture, alors que chaque chant, chaque pas a une histoire à transmettre, une histoire profonde. Le casino (salsa cubaine), la Rueda de casino, le mambo, le cha-cha-chá, le son, la rumba, les danses des Orishas, le boléro, la conga (Comparsa du carnaval) … chacun de ces rythmes évoque quelque chose de différent.

SONY DSC

Elle nous confie une anecdote de sa mère qui raconte qu’elle dansait déjà à deux ans sur le rythme du bruit de la cocotte-minute. Elle nous explique que son père, était contre le fait qu’elle fasse de la danse son métier… Mais le sujet qui lui tient à cœur à Karelia c’est sa culture cubaine en général.

Finalement, alors que le DJ péruvien augmente le volume de la musique, elle invite le petit groupe, qui s’est agrandi au fil de la conversation, à se lever et à entrer dans la ronde. Après quelques pas de danse et le sentiment d’avoir passé un peu de temps aux Caraïbes, nous quittons Karelia, convaincues par une de ses affirmations « sin música, no se puede vivir » (on ne peut pas vivre sans musique) …

Très vite, dans quelques jours, nous nous reverrons, lors d’un stage de danse qui promet d’être haut en couleurs !

SONY DSC

  • JB (musicien d’origine française mais parlant parfaitement espagnol) était présent lors de l’entretien. Il nous a partagé un peu de son expérience musicale. Au cours de la conversation, il  a acquiescé aux explications de Karelia, souri à ses anecdotes, complété les informations. Les regards complices qu’il a échangés avec Karelia en disent long. De toute évidence, ce sont des âmes sœurs.

 

  • Association socio-culturelle « La Casa Cuba », gérée par Karelia

 

  • Festival AfroCubano « CubaSabor » (1er Festival de ce genre existant au Benelux depuis 4 ans.

Leave a Reply