1060 Faces # 001

SONY DSC

Une bonne vie

Rencontre avec Kiran et sa famille, par Khushboo Bhagat & Cendra Smith

 

SONY DSC

Aujourd’hui, Khushboo (ma partenaire du jour) et moi avons pour mission d’interviewer deux personnes rencontrées à Saint-Gilles.

Nous avons 1h30 pour relever le défi. Nous sortons de la BIB et prenons sur notre gauche.

Nous aurions dû prendre à droite…

Au cours de notre parcours, nous rencontrons : un homme qui vient de faire ses courses à « la Tricoterie ». Il accepte d’être photographié, mais nous ne pourrons qu’imaginer son histoire car il tient les propos d’une personne qui vit dans son propre monde. Nous croisons une Sœur de la Charité qui nous dit ne pas souhaiter nous parler à cause de tous les problèmes auxquels les sœurs sont confrontées actuellement. Elle me dit « par contre, tu peux venir nous aider tous les jours à 14h00 pour distribuer les repas, là, tu comprendras.  Sinon, tu peux aussi contacter le directeur du CPAS de Saint-Gilles… A bientôt, alors ! ». Elle n’a visiblement pas bien compris le but de notre démarche, mais peu importe, je garde l’horaire de la distribution de repas en tête. Nous nous adressons à un Roumain parlant espagnol qui ne veut pas être photographié, et aussi à un homme sur un banc, qui attend quelqu’un. Nous parlons à deux hommes qui ne parlent pas bien français et qui nous indiquent le chemin vers la gare du Midi. Nous croisons un homme qui, selon ses propres mots, « n’est pas la bonne personne »…

Après 1h20 de marche et de rencontres infructueuses, c’est presqu’en désespoir de cause que nous entrons dans le Night Shop situé à l’angle de la rue Emile Féron et de l’avenue du Roi. Nous poussons la porte et saluons les deux personnes présentes. Tout naturellement, c’est dans une langue indienne que commence la conversation entre Khushboo et les gérants du magasin. Je ne comprends pas ce qui se dit, mais je sens que le couple qui tient cette boutique est ouvert. Ils acceptent de nous parler. Khushboo explique le motif de notre présence. Pendant qu’elle interroge la femme, je la prends en photo.

 

SONY DSC

– Quel est votre nom ? Je m’appelle Kiran Walia.
– Quel est votre pays d’origine ? Mon mari et moi venons d’Inde.
– Depuis quand vivez-vous en Belgique et quand avez-vous ouvert cette boutique ? Nous sommes en Belgique depuis 2005… et nous  avons acheté la boutique il y a 4 ans.
– Est-ce que vous aimez la Belgique ? Oui, oui…
– Qu’est-ce qui vous a amené à Saint-Gilles ? La femme raconte calmement : des amis qui vivaient déjà en Belgique nous ont proposé de les rejoindre. Nous avons pensé que ce serait une bonne opportunité. Nous avons donc accepté leur offre. Nous avons acheté une maison près de la gare du Midi, mais je n’aime pas cette zone. Les rues sont sales et ce n’est pas un quartier sûr. Notre maison a déjà été cambriolée deux fois. Notre magasin aussi a été volé. Des hommes armés sont entrés et ils ont pris l’argent et des produits. Nous sommes allés nous plaindre à la police.  Mais, ils n’ont rien voulu faire. Pourtant nous avons montré l’enregistrement. Nous avons une caméra, on voyait bien les voleurs. Mais la police n’a pas voulu nous aider. Ils nous ont dit que nous étions assurés et qu’il fallait qu’on s’adresse à notre assurance…

Après ce récit un peu amer, Khushboo change de sujet…
– Avez-vous des enfants ? Nous avons trois enfants.

A ce moment-là, le mari jusqu’à là très attentif au récit de sa femme, sort de la pièce. Il en revient  avec une de ses filles et s’assoit avec elle, sur un petit banc, pour lui donner son biberon. Ils sont cachés par l’étalage. Je ne les vois pas.

– Quel est votre rêve pour vos enfants ? Il faut qu’ils étudient. Nous voulons qu’ils aient une bonne vie, pas qu’ils fassent des ménages ou qu’ils tiennent une boutique…

Pendant tout le temps de l’échange, je prends des photos de Kiran, sous tous les angles. Elle est naturelle, très belle, malgré son regard triste… A un moment, un peu gênée, elle me dit, dans un français incertain,  en souriant et en me montrant ses vêtements : « moi, pas belle ». Je lui réponds sincèrement « ne dis pas ça, tu es très belle » et je lui montre les photos…

SONY DSC

Le temps passe très vite, il ne nous reste que quelques minutes. Nous devons partir. Nous choisissons quelques chocolats que nous tenons à payer, bien que Kiran insiste pour nous les offrir. Pendant que Khushboo paie ses chocolats, je découvre avec émotion la scène du papa qui donne le biberon à sa fille.

Je ne veux pas les déranger, mais je demande par geste si je peux prendre une photo, il hoche la tête. Je ne prends que quelques clichés que je lui montre. Il ne réalise pas ce que je ressens à ce moment-là. J’ai eu la chance de pouvoir immortaliser un moment de tendresse magnifique entre cet homme et sa fille, tantôt très intriguée par l’appareil, tantôt captivée par le regard de son papa…

Une scène très touchante, et baignée d’une lumière, presque divine. Mon cœur bat la chamade.

Enfin, avant de sortir, un homme entre dans le magasin, il tend quelques piécettes à Kiran Walia et lui dit qu’il prend une bière. Kiran fait mine de compter l’argent. En français, elle feint la colère : « tu donnes l’argent, hein, la dernière fois, toi pas payé ! ».
Je comprends que c’est un habitué, qu’il n’a pas toujours suffisamment d’argent… Je comprends aussi que les gérants se contentent  de ce qu’il leur donne quand il vient à la boutique. Ils savent la misère dans laquelle il vit. Ils savent…

En conclusion, en sortant de la BIB, nous aurions dû tourner à droite, nous serions immédiatement tombées sur le Night Shop de Kiran Walia et sa famille.

Inoubliable rencontre, un cadeau ! …

Crédit photo: Cendra Smith

Related Post

Comments

Pingbacks

  1. Bienvenue à Dazibao ! - EZELSTAD
  2. Dazibao, une autre antenne d'information locale à Saint-Gilles - What for

Leave a Reply